Infrastructures Stables et de Hautes Qualités

UNDER CONSTRUCTION

Share Button

Applications Fiables et Efficaces

 

UNDER CONSTRUCTION

Share Button

Une Présence dans Toutes les Régions

 

UNDER CONSTRUCTION

Share Button

Contrôles Hebdomadaires Réguliers

 

UNDER CONSTRUCTION

Share Button

SIGMAP

                                  Lancement officiel du Système intégré de gestion des marchés publics (SIGMAP)
 
Le lancement officiel du Système Intégré de Gestion des Marchés Publics (SIGMAP) a eu lieu le vendredi 4 décembre 2015 au Centre International de Conférence de Bamako (CICB). Un logiciel créé par une équipe de la Cellule d’Appui à l’Informatisation des Services Fiscaux et Financiers (CAISFF) dans le but de rendre plus fiable la gestion des marchés publics. Cette cérémonie était présidée par Madame le Secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances, en présence du Secrétaire exécutif de l’Autorité de Régulation des Marchés  et des Délégations de Service Public (ARMDS-DSP) et de la Coordinatrice de la CAISFF. 

Selon la Coordinatrice de la CAISFF, «la Direction Générale des Marchés Publics a sollicité la CAISFF pour mettre à niveau son système  d’information, afin de l’étendre à l’ensemble des acteurs impliqués dans la gestion de la commande publique et aussi d’harmoniser les procédures, conformément aux dispositions communautaires. C’est dans ce cadre que la CAISFF, en étroite collaboration avec la DGMP-DSP, a planifié cette mise à niveau en deux phases : la 1ère phase a consisté à concevoir et à développer un nouveau système, totalement intégré, prenant en compte les trois composantes intervenant dans le processus de passation des marchés publics. La réalisation de la 2ème phase aura lieu en 2017».

«SIGMAP est une application Web développée sur une plate-forme Java Enterprise Edition qui a comme avantages : la portabilité sur différents systèmes d’exploitation, l’adaptabilité sur diverses architectures et aussi une riche bibliothèque d’interface graphique. Elle est installée sur un serveur hébergé à la CAISFF et s’exécute à travers un navigateur Web chez les utilisateurs, via le réseau informatique du gouvernement mis en place par l’AGETIC…» a expliqué la Coordinatrice de la CAISFF.

Et le Secrétaire exécutif de l’ ARMDS d’enchaîner : «Cet outil informatique perfectionné, ajouté à la récente modernisation de notre cadre réglementaire des marchés publics et des délégations de service public, me permet d’affirmer, sans me tromper, que nous sommes en train d’avancer à pas prudents, mais sûrs, vers l’amélioration de la performance et de la crédibilité de notre système des marchés publics et des délégations  de service public ».

Mme la Secrétaire générale du ministère de l’Economie et des Finances a, dans son discours, signifié que l’importance des marchés publics dans les performances économiques et ses impacts sur les finances publiques font de ce secteur un des leviers principaux dans la promotion de la bonne gouvernance économique. En outre, dit-elle, le contexte actuel de modernisation, caractérisé entre autres par une mobilité croissante des capitaux à la recherche de rentabilité, de fiabilité et de sécurité, rend impérative la mise en place des systèmes automatisés en vue de faciliter leur insertion dans l’économie mondiale.

«Le SIGMAP, qui vient d’être présenté, s’inscrit dans ce cadre. Il offre une transparence dans le processus de passation des marchés publics et permet la maîtrise de leur délai d’exécution… Le développement de ce système par les informaticiens du ministère de l’Economie et des Finances est une fierté pour notre département, car il pourra être maintenu et mis à jour sans contribution extérieure. Je remercie l’ensemble des personnes qui ont participé à la réalisation de ce système et invite tous les acteurs impliqués dans le processus de passation des marchés publics à s’approprier cet outil pour garantir la transparence dans la gestion de la commande publique…», a-t-elle conclu.

Share Button

Atelier PSSI (Politique de Sécurité du Système d’Information)

La cybercriminalité constitue aujourd’hui un danger pour la sécurité humaine. Conscient de cet état de fait, la Cellule d’Appui à l’Informatisation des Services Fiscaux et Financiers (CAISFF) a organisé le samedi 06 octobre 2018, un atelier de sensibilisation sur la Politique de Sécurité du Système d’Information (PSSI) du Ministère de l’Economie et des Finances. Cet atelier financé par la Cellule d’Appui à la Reforme des Finances Publiques (CARFIP) a pour but de sensibiliser sur l’importance d’une PSSI, de comprendre son contenu de manière détaillée afin que chaque participant puisse, à son tour, sensibiliser et orienter son service sur les dispositifs et comportements sécuritaires à prendre.

Les travaux de cet atelier tenus dans la salle de conférence de l’hôtel Auberge de Fana, situé à une centaine de kilomètre de Bamako étaient placés sous la présidence de la Coordinatrice de la CAISFF en présence de nombreuses autres personnalités. Pendant 24 heures, les capacités des cadres de la CAISFF ont été renforcées sur la technique de sécurisation du système d’information du MEF.
Dans son discours d’ouverture, la Coordinatrice de la CAISFF a fait savoir que la sécurité des systèmes d’informations comporte des enjeux considérables qui concernent la protection de la vie privée, celle des activités économiques du pays, de ses infrastructures et même de sa souveraineté. Avant de rappeler que ces dernières années, le monde a assisté à des attaques informatiques d’envergure mondiale qui ont causées des pertes énormes, aussi bien sur le plan financier qu’organisationnel.

« On se rappelle l’affaire SNOWDEN, l’informaticien du service de renseignement américain qui a rendu public les informations confidentielles classifiées des Etats Unis. Aussi, le mot « Ransomware » n’est plus un secret pour personne. En mai 2017, un ver baptisé WannaCry a chiffré, en quelques jours, les disques de centaines de milliers d’ordinateurs Windows dans les entreprises, perturbant ainsi pêle-mêle les services dans les hôpitaux, les gares, les centres commerciaux, etc. Néanmoins, cela a permis d’aiguiser la perception des défis et des dangers auxquels nous sommes confrontés », a-t-elle expliqué. Ce qui fait dire, la coordinatrice que la tenue de cet atelier répond à un souhait qu’elle a émis personnellement car, dit-elle, « je pense que le niveau de sécurité que nous voulons atteindre n’est possible que si l’ensemble des services du MEF sont sensibilisés sur les risques encourus, face aux menaces actuelles ».
En outre, elle a mis l’accent sur la place prépondérante de l’informatique dans la gestion des finances publiques. « Aujourd’hui, tous les services du MEF sont interconnectés et échangent des flux d’informations à travers leurs systèmes informatiques et Internet », a-t-elle précisé. Pour assurer la sécurité de tout cela contre les cyberattaques, plusieurs équipements et logiciels ont été mis en place par la CAISFF pour sécuriser de manière physique et logique le Système d’Information (SI) du MEF.

Cependant, souligne-t-elle, le facteur humain est très souvent responsable du succès de nombreuses attaques. « J’insiste sur ce point, car beaucoup pensent que les dispositifs de sûreté de fonctionnement mis en place sont suffisants pour sécuriser un Système d’Information (SI), non ! On a beau mettre en place un système de sécurité robuste, si l’utilisateur en face n’est pas sensibilisé, il ouvrira les portes aux cybercriminels. J’entends par « sécurité » la défense contre les actions malveillantes et par « sûreté » la défense contre les défaillances », a-t-elle conclu.

Selon les organisateurs de l’événement, c’est la société ISMACORP, qui a animé l’atelier. Un partenaire qui accompagne la CAISFF depuis quelques années dans la sécurisation du SI du MEF à travers des conseils, des formations et surtout dans l’élaboration et la mise en œuvre de la Politique de Sécurité du Système d’Information.

A .Sogodogo

Share Button

Formation sur la cyber sécurité

La sécurité informatique est un défi majeur pour le Ministère de l’Economie et des Finances. C’est ainsi, que la CAISFF représenté par la Division infrastructure Réseaux  et Sécurité  a pris part à un séminaire de formation de deux jours sur la cybersécurité organisé par L’entreprise M7COM.

Au cours de la formation, divers points ont été évoqués notamment la transformation digitale, les impacts d’une cyberattaque, les lois internationales sur la cybersécurité, la protection des données à caractère personnel et un aperçu du panorama des risques et des techniques d’attaque. Aussi, les différentes solutions pour la gestion des risques ont été présentées.

La confiance numérique (enjeux et perspectives) au MALI a même fait l’objet d’un débat animé par Monsieur SAMBA SENE de M7COM, le PDG de la Poste du Mali Ibrahima HAIDARA, le président de l’Association des société Informatiques du Mali (ASIM) Mohamed DIAWARA, et la représentante de l’Autorité de Protection des Données à caractère Personnel (APDP) Mme SOW Aminata SIDIBE.​

Share Button

Cybercriminalité : Les acteurs à pied d’œuvre pour lutter contre le phénomène

La cybercriminalité constitue aujourd’hui un danger pour la sécurité humaine. Conscient de cet état de fait, la Cellule d’appui à l’informatisation des services fiscaux et financiers (CAISFF) a organisé le samedi 06 octobre 2018, un atelier de sensibilisation sur la Politique de Sécurité du Système d’Information (PSSI) du Ministère de l’Economie et des Finances. Cet atelier financé par la Cellule d’Appui à la Reforme des Finances Publiques (CARFIP) a pour but de sensibiliser sur l’importance d’une PSSI, de comprendre son contenu de manière détaillée afin que chaque participant puisse, à son tour, sensibiliser et orienter son service sur les dispositifs et comportements sécuritaires à prendre.

Les travaux de cet atelier tenus dans la salle de conférence de l’hôtel Auberge de Fana, situé à une centaine de kilomètre de Bamako étaient placés sous la présidence de Mme TALL Mariam TOURE, Coordinatrice de la Cellule d’Appui à l’Informatisation des Services Fiscaux et Financiers (CAISFF) du Ministère de l’Economie et des Finances (MEF) du Mali, en présence de nombreuses autres personnalités. Pendant 24 heures, les capacités des cadres de la CAISFF ont été renforcées sur la technique de sécurisation du système d’information du MEF.
Dans son discours d’ouverture, Mme TALL Mariam TOURE, Coordinatrice de la Cellule d’Appui à l’Informatisation des Services Fiscaux et Financiers (CAISFF) du Ministère de l’Economie et des Finances (MEF) du Mali, a fait savoir que la sécurité des systèmes d’information comporte des enjeux considérables qui concernent la protection de la vie privée, celle des activités économiques du pays, de ses infrastructures et même de sa souveraineté. Avant de rappeler que ces dernières années, le monde a assisté à des attaques informatiques d’envergure mondiale qui ont causé des pertes énormes, aussi bien sur le plan financier qu’organisationnel.

« On se rappelle l’affaire SNOWDEN, l’informaticien du service de renseignement américain qui a rendu public les informations confidentielles classifiées des Etats Unis. Aussi, le mot « Ransomware » n’est plus un secret pour personne. En mai 2017, un ver baptisé WannaCry a chiffré, en quelques jours, les disques de centaines de milliers d’ordinateurs Windows dans les entreprises, perturbant ainsi pêle-mêle les services dans les hôpitaux, les gares, les centres commerciaux, etc. Néanmoins, cela a permis d’aiguiser la perception des défis et des dangers auxquels nous sommes confrontés », a-t-elle expliqué. Ce qui fait dire Mme Tall, la coordinatrice que la tenue de cet atelier répond à un souhait qu’elle a émis personnellement car, dit-elle, « je pense que le niveau de sécurité que nous voulons atteindre n’est possible que si l’ensemble des services du MEF sont sensibilisés sur les risques encourus, face aux menaces actuelles », a-t-elle dit.
En outre, elle a mis l’accent sur la place prépondérante de l’informatique dans la gestion des finances publiques. « Aujourd’hui, tous les services du MEF sont interconnectés et échangent des flux d’informations à travers leurs systèmes informatiques et Internet », a-t-elle précisé. Pour assurer la sécurité de tout cela contre les cyberattaques, dit-elle, plusieurs équipements et logiciels ont été mis en place par la CAISFF pour sécuriser de manière physique et logique le système d’Information (SI) du MEF.

Cependant, souligne-t-elle, le facteur humain est très souvent responsable du succès de nombreuses attaques. « J’insiste sur ce point, car beaucoup pensent que les dispositifs de sûreté de fonctionnement mis en place sont suffisants pour sécuriser un Système d’Information (SI), non ! On a beau mettre en place un système de sécurité robuste, si l’utilisateur en face n’est pas sensibilisé, il ouvrira les portes aux cybercriminels. J’entends par « sécurité » la défense contre les actions malveillantes et par « sûreté » la défense contre les défaillances », a-t-elle conclu. Selon les organisateurs de l’événement, c’est la société ISMACORP, qui a animé l’atelier. Un partenaire qui accompagne la CAISFF depuis quelques années dans la sécurisation du SI du MEF à travers des conseils, des formations et surtout dans l’élaboration et la mise en œuvre de la Politique de Sécurité du Système d’Information.

A .Sogodogo

Share Button

Visite du Data Center par le Ministre et l’équipe de la CAISFF

Share Button
lancement du SIGMAP

Lancement officiel du Système intégré de gestion des marchés publics (Sigmap)

Le lancement officiel du Système intégré de gestion des marchés publics (Sigmap) a eu lieu le vendredi 4 décembre 2015 au Centre international de conférence de Bamako. Un logiciel créé par une équipe de la Cellule d’appui à l’informatisation des services fiscaux et financiers dans le but de rendre plus fiable la gestion des marchés publics. Cette cérémonie était présidée par le Secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances, en présence du Secrétaire exécutif de l’Autorité de régulation des marchés publics et des délégations des services publics (Armds) et de la Coordinatrice de la Cellule d’Appui à l’Informatisation des Services Fiscaux et Financiers (CAISFF).

Selon Mme Tall Mariam Touré, Coordinatrice de la Cellule d’appui à l’informatisation  des services fiscaux et financiers, «la Direction générale des marchés publics a sollicité la Caisff pour mettre à niveau son système  d’informatisation, afin de l’étendre à l’ensemble des acteurs impliqués dans la gestion de la commande publique et aussi d’harmoniser les procédures, conformément aux dispositions communautaires. C’est dans ce cadre que la Caisff, en étroite collaboration avec la DGMP-DSP, a planifié cette mise à niveau en deux phases : la 1ère phase a consisté à concevoir et à développer un nouveau système, totalement intégré, prenant en compte les trois composantes intervenant dans le processus de passation des marchés publics. Elle sera réalisée, si tout va bien, en 2017».

«Sigmap détails sur sigmap est une application Web développée sur une plate-forme Java Enterprise Edition qui a comme avantages : la portabilité sur différents systèmes d’exploitation, l’adaptabilité sur diverses architectures et aussi une riche bibliothèque d’interface graphique. Elle est installée sur un serveur hébergé à la Caisff et s’exécute à travers un navigateur Web chez les utilisateurs, via le réseau informatique du gouvernement mis en place par l’Agetic…» a expliqué la Coordinatrice de la Caisff.

Et à Adama Yacouba Touré, Secrétaire exécutif de l’Autorité de régulation des marchés publics et des délégations des services publics (Armds) d’enchaîner : «Cet outil informatique perfectionné, ajouté à la récente modernisation de notre cadre réglementaire des marchés publics et des délégations des services public, me permet d’affirmer, sans me tromper, que nos sommes en train d’avancer à pas prudents, mais sûrs, vers l’amélioration de la performance et de la crédibilité de notre système des marchés publics et des délégations des services publics».

Mme Sidibé Jamillatou Cissé, Secrétaire générale du ministère de l’Economie et des Finances, a, dans son discours de lancement du Sigmap, signifié que l’importance des marchés publics dans les performances économiques et ses impacts sur les finances publiques font de ce secteur un des leviers principaux dans la promotion de la bonne gouvernance économique. En outre, dit-elle, le contexte actuel de modernisation, caractérisé entre autres par une mobilité croissante des capitaux à la recherche de rentabilité, de fiabilité et de sécurité, rend impérative la mise en place des systèmes automatisés en vue de faciliter leur insertion dans l’économie mondiale.

«Le système intégré de gestion des marchés publics, qui vient d’être présenté, s’inscrit dans ce cadre. Il offre une transparence dans le processus de passation des marchés publics et permet la maîtrise de leur délai d’exécution… Le développement de ce système par les informaticiens du ministère de l’Economie et des Finances est une fierté pour notre Département, car il pourra être maintenu et mis à jour sans contribution extérieure. Je remercie l’ensemble des personnes qui ont participé à la réalisation de ce système et invite tous les acteurs impliqués dans le processus de passation des marchés publics à s’approprier cet outil pour garantir la transparence dans la gestion de la commande publique…», a-t-elle conclu.

Share Button